Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est une histoire assez folle qui a secoué la capitale du cassoulet en septembre dernier. Des habitants du quartier de Saint-Agne auraient retrouvé des mues de serpents... de boa constricteurs. 

Que feriez-vous si vous tombiez sur une folle mue de serpent dans votre jardin ? ©France 3

Que feriez-vous si vous tombiez sur une folle mue de serpent dans votre jardin ? ©France 3

Des petits nouveaux en ville ? 

Cela ne vous a pas échappé, on n'est pas censé trouver des boas constrictors dans une ville comme la nôtre. Il est en effet admis que cette espèce ne vit... que sur le continent américain. Comment expliquer alors que plusieurs mues de serpents certifiés par un herpétologue aient été retrouvées dans des pavillons du quartier sud de la métropole ? 

Échappés d'un vivarium ou relâchés volontairement, le mystère reste entier

Plusieurs hypothèses se sont succédées pour tenter d'expliquer cette folle découverte (et rassurer au passage les riverains puisque ce carnivore est connu pour se nourrir de proies vivantes qu'il tue en bloquant la circulation sanguine dans ses replis). 

La première, c'est que cette famille de boas vivait cachée dans les bois le long de la ligne SNCF. Heureusement, il n'y en aurait pas d"autres. Cela n'explique néanmoins pas comment ils sont arrivés là. Une autre hypothèse énonce que c'est un collectionneur qui se serait débarrassé de ces créatures. Quid de savoir si les serpents étaient déjà morts ou s'ils ont vécu quelques temps dans la nature. Un boa ne mue que deux fois par an, or trois mues ont été retrouvées à quelques jours d'intervalles. Ce qui valide la thèse selon laquelle plusieurs serpents se baladeraient en ville.

 

Le dessin du dessinateur Wat ©France 3

Le dessin du dessinateur Wat ©France 3

Folle blague à faire si on est un peu sadique 

Enfin la troisième hypothèse serait que ces mues ne soient en réalité que des fausses, posées ici et là par un farceur désireux de bousculer la tranquillité du quartier. En effet, aucun propriétaire ou vivarium n'a émis le moindre signalement au sujet d'une disparition, ce qui laisse penser que les boas ne se sont jamais faufilés à Toulouse. 

C'est ce que pense Mickaël Nicolas, de l'association Nature Midi-Pyrénées, interviewé par France 3 au moment des faits. "S'il y avait trois serpents à cet endroit ce serait tout de même quelque chose de pas banal" avait-il alors déclaré. Pour lui ces mues ne sont que le simple fait d'un canular, renvoyant la thèse de la psychose sur le banc des arrosés. 

Une folle mue de serpent perdue entre les arbres ©France

Une folle mue de serpent perdue entre les arbres ©France

Et vous, qu'en pensez-vous ? Folle histoire ou simple canular ? 

Suivez-nous sur les réseaux ! 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :