Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Par une folle après-midi pluvieuse ou ensoleillée, entre ami(e)s ou avec son ou sa chérie, qu'on ait (vraiment faim) ou qu'on soit tout simplement gourmand(e), quoi de mieux que d'aller dans un salon de thé ? Heureusement pour nous (malheureusement pour notre ligne), il y a pléthore d'adresses toutes plus alléchantes les unes que les autres. D'où vient donc cet engouement ? Sommes-nous en train de devenir plus anglais que l'afternoon tea

Une folle table du dimanche à Sweet Home Café

Une folle table du dimanche à Sweet Home Café

Temple du thé... mais pas seulement

Le premier salon de thé ouvert à Toulouse est (coup de bol) toujours ouvert aujourd'hui. Il s'agit du Bol Bu, créé en 1975. Avec plus de 130 thés proposés à la carte, l'établissement a su garder son authenticité et rivaliser aujourd'hui avec les nombreuses autres adresses loin de ne proposer que du thé. 

Par définition, un salon de thé est un endroit de détente où on peut boire cette boisson chinoise adorée des britanniques sur place. Or il semblerait que ce qui motive le plus les habitants à flâner en ville à la recherche du banoffee le plus copieux n'est pas le thé vert au jasmin servi pour accompagner. Qu'on se l'avoue, quand on pense "salon de thé", on pense gros goûter après les cours qui nous calera jusqu'au dîner. Mais alors d'où ça vient tout ça ?  

Folle attente de... 311 ans 

Le premier salon de thé remonterait à... 1592. Christophe fêtait le centenaire de sa soit-disante découverte des Indes qui étaient en fait l'Amérique et la France était gouvernée par Henri IV, premier de la dynastie des Bourbons. The Crooked House of Windsor est donc le plus ancien salon de thé de Grande-Bretagne. Bol Bu a donc attendu 383 ans avant de suivre le mouvement (on est plus au quart d'heure toulousain là...). Heureusement, un établissement parisien n'a attendu que 311 ans pour ouvrir ses portes rue de Rivoli. Les Français ont donc mis le temps, mais c'est désormais chose faite ! 

On dénombre aujourd'hui plus de 21 salons de thé dans l'hyper-centre de Toulouse (Capitole, Jean Jaurès, Carmes et Saint-Cyprien). Chose étonnante néanmoins, plus on s'éloigne de la Croix Occitane, moins on trouve d'adresses cozy et branchées... 

Une des raisons : la piétonnisation 

Qui dit flâner dit temps et détente. Or c'est beaucoup plus reposant de marcher et de se poser où le vent nous mène plutôt que de devoir prendre sa voiture pour aller boire le thé (et manger une part de pecan pie). On peut ainsi essayer d'expliquer la "sur-salonisation" de la ville par les espaces dédiés aux piétons en centre-ville. Cela peut paraître anecdotique mais le fait qu'on en trouve presque qu'en centre ville et près de deux fois plus que dans une autre ville française n'est pas un indicateur à laisser de côté. 

À Montpellier, seules onze adresses apparaissent dans les résultats de la recherche "salon de thé" sur Google, 1 salon pour 27 500 Montpelliérains (on est à 1 pour 22 000 à Toulouse), vingt adresses pour Lyon (mais le ratio est de 1 pour 25 000), trois à Châteauroux (1 pour 15 000 néanmoins)... Dans nos recherches, Angers apparait subir le même phénomène avec seize adresses proposées soit 1 salon pour 9 000 habitants. 

Et vous, quel est votre folle adresse préférée ? 

Dites-nous tout sur nos réseaux ! 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :